navigation

Toussaint-Eglise et « Apparition de l’Eglise éternelle » d’Olivier MESSIAEN… 2 novembre 2012

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Musique liturgique,Orgue seul , trackback

Alors que hier nous avons fêté la solennité de la Toussaint

En préparant ma prédication pour la messe, je me suis rendu compte combien cette solennité ouvre et invite les fidèles à approfondir le mystère de l’Eglise.

Aussi, je me suis mis à relire les textes du Concile Vatican II sur l’Eglise, et en particulier la Constitution dogmatique « Lumen Gentium ». J’y ai même écrit un commentaire, tant je suis ébloui que la présentation du mystère de l’Eglise à Vatican II s’enracine dans la compréhension de cette fête!

Mais surtout, au coeur de l’étude et de l’approfondissement, je me suis mis à me souvenir d’une pièce pour orgue d’Olivier MESSIAEN…

Il s’agit de « l’Apparition de l’Eglise éternelle », composée en 1932… Je vous laisse l’entendre…

Toussaint-Eglise et

Image de prévisualisation YouTube

Cette pièce d’orgue est composée sur le schéma classique du « crescendo/decrescendo ». Il s’agit d’un lent choral, semblant décrire une procession.

Toute la force de l’instrument y est requise: on commence et on termine par les grands choeurs sur le clavier du récit expressif avec boite fermée. Au milieu c’est le tutti avec des accords si puissant, que l’on ne peut être que saisi par l’intensité! D’autant que le climax donne tellement l’impression d’une victoire complète et triomphante!

Cette pièce est très évocatrice pour moi. Car elle condense, non seulement toute la symbolique de la Toussaint, mais en même temps, comme par une grâce visionnaire, l’enseignement de Vatican II sur le mystère de l’Eglise qui date de 1964, soit plus de 30 ans avant l’heure! Tout cela me donne à penser que Messiaen a été un précurseur! Pourquoi une telle idée?

Voilà ce qu’Olivier Messiaen y écrit au sujet de « L’Apparition de l’Eglise éternelle »:

« Après la mort, pendant la purification nécessaire qui précède la vision définitive de Dieu, on ne se souvient plus des joies et des peines de cette vie. On se souvient seulement de ses bonnes et de ses mauvaises actions. A ce moment-là, je me désolerai de tout ce que j’ai pu faire de mal. Mais je me réjouirai aussi de tout ce que j’ai pu faire de bien, et ce dernier souvenir me permettra progressivement de comprendre enfin l’Invisible. »

« Apparition de l’Eglise éternelle » ou processionnal!

Ce processionnal pourrait très bien accompagner un cortège, une procession. La pièce pourrait alors décrire à merveille la vision johannique de l’Apocalypse lorsqu’elle évoque « cette foule immense que nul ne pouvait dénombrer« . Cette vision de l’Apocalypse est justement lue lors de la messe de la Toussaint!

Mais la gravité et la tension qui se dégagent de cette pièce ne sont pas sans évoquer également la provenance de cette « foule » puisque selon le texte de l’apocalypse, elle vient de « la grande épreuve« , elle vient d’être purifiée « dans le sang de l’Agneau« .Cette allusion musicale à la « grande épreuve » est logique, puisque Messiaen en parle lui-même. Avec ses mots, il décrit la réalité théologique du Purgatoire, mais avec une vision positive et juste, puisque ce dernier est bien la préparation pour entrer au Ciel: c’est un prélude à la vie béatifique! Mais comment va s’opérer cette purification?

C’est alors que l’on peut percevoir et comprendre ce processionnal comme une allusion métaphorique au Sacrifice de Jésus-Christ sur la Croix. Cette foule est donc la foule des croyants, qui bénéficient de la Grâce de la Rédemption parce qu’ils ont CRU en Jésus-Christ, le seul qui sauve par le sang de sa Croix.C’est Par, avec et dans le mystère de la Croix que l’on est purifié, et que l’on se préparer à la Vie éternelle!

Or la pièce dans son crescendo ressemble à une sorte de « montée« . Montée en puissance et en force, mais aussi montée dans la tessiture et dans l’effet de masse des accords composés de plus en plus de notes. Mais une montée « en tension » qui se termine au climax par une victoire éclatante. Accords et puissance triomphantes! Ne serait-ce pas une interprétation de « la grande épreuve » comme une évocation de la montée au Golgotha? Lieu du Sacrifice, mais également lieu de la Rédemption! Lieu du « ME VOICI« ! La succession des accords au moment du climax n’est pas sans rappeler le premier mouvement de « l’Ascension » composée la même année, où les derniers accords expriment le « Me Voici » selon le commentaire d’Olivier MESSIAEN. Là où tout est accompli, là où le Salut est accordé, là où commence officiellement la vie de l’Eglise, là où sont inaugurés les sacrements: c’est la Source de la Vie, la gloire de la Résurrection! Par ce climax victorieux et sans tensions, le sommet du Golgotha est déjà complètement la Victoire de la Résurrection et du Matin de Pâques! La purification semble accomplie!

Cette évocation musicale de la foule des sauvés, en lien avec la montée du Golgotha par la composition de ce Processionnal, est une intuition théologique pertinente! Car si « la foule des sauvés » est ce Peuple de Dieu, ce Peuple des croyants, cette Eglise éternelle, c’est grâce à l’allusion métaphorique du mystère de la Croix! Lorsqu’apparait en pleine lumière le mystère de la Croix, alors l’Eglise trouve son sens, son Epiphanie, son commencement officiel!

Si la composition musicale de ce Crescendo/Decrescendo semble suggérer cela, alors Messiaen devance en visionnaire sonore la constitution « Lumen Gentium » qui en son numéro 03 dit ceci:

 » …L’Eglise, qui est le règne du Christ déjà mystérieusement présent, opère dans le monde, par la puissance de Dieu, sa croissance visible. Commencement et développement que signifient le sang et l’eau sortant du côté ouvert de Jésus crucifié et que prophétisant les paroles du Seigneur disant de sa mort en croix : « Pour moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai tous les hommes ». Toutes les fois que le sacrifice de la Croix par lequel notre Pâque a été immolé se célèbre sur l’autel, l’œuvre de notre Rédemption s’opère. »

Messiaen semble musicalement avoir  saisi ce lien profond: l’Eglise éternelle apparait avec la théophanie de la Croix.

« Apparition de l’Eglise éternelle »? Alors où est-elle?

Voici ce que dit la Constitution dogmatique sur l’Eglise « Lumen Gentium » en son numéro 08:

« Le Christ, unique médiateur, crée et continuellement soutient sur la terre, comme un tout visible, son Eglise sainte, communauté de foi d’espérance et de charité par laquelle il répand, à l’intention de tous, la vérité et la Grâce. Cette société organisée hiérarchiquement d’une part, et le Corps mystique d’autre part, l’assemblée discernable aux yeux de la communauté spirituelle, l’Eglise terrestre et l’Eglise enrichie des biens célestes ne doivent pas être considérées comme deux choses, elles constituent au contraire une seule réalité complexe, faite d’un double élément humain et divin. C’est pourquoi, en vertu d’une analogie qui n’est pas sans valeur, on la compare au mystère du Verbe Incarné. »

Rien qu’en utilisant le terme « Apparition » Olivier Messiaen semble bien distinguer les 2 réalités de l’Eglise, à la fois hiérarchique et mystérique. Mais nous voyons bien que le Concile insiste bien sur l’unité intrinsèque de ces 2 réalités. Il n’y a pas l’Eglise du Ciel d’un coté et l’Eglise de la terre de l’autre, avec une nette division, et une absence de communication entres elles.

La fête de la Toussaint, nous ouvre à cette communion profonde de ces 2 réalités de l’Eglise!

Mais avec le commentaire personnel de la pièce, Olivier Messiaen semble bien montrer cette union intrinsèque entre l’Eglise du Ciel et l’Eglise de la terre. Pourquoi? Tout simplement parce que la musique fait allusion au mystère de la Croix! La Croix est à la fois la réalité la plus humaine qui soit parce qu’elle est liée à la mort, qui est le propre de l’Homme. Mais en même temps, la Croix est à la fois la réalité la plus spirituelle qui soit parce que c’est là que « coule » l’Eau Vive du Salut pour tous ceux qui croient en Jésus-Christ Sauveur!

Le Concile montre bien que l’unité des 2 réalités de l’Eglise s’opère dans le Christ Jésus, unique Médiateur. Or Jésus est médiateur par le mystère même de la Croix. Ainsi, si Olivier Messiaen, en voulant décrire cette « foules des sauvés« , cette « purification » comme il le dit lui-même, ces membres de l’Eglise éternelle, fait allusion au mystère de la Croix; alors l’Eglise éternelle apparait bien au Golgotha, et Messiaen, implicitement, manifeste l’unité théologique des 2 réalités de l’Eglise!

Olivier Messiaen est alors, peut être à son insu, un fin théologien!  En tous cas, cette pièce rend bien compte, à la foi de la réalité biblique de la Toussaint selon l’Apocalypse, mais par son interprétation musicale, rend compte de la réalité théologique de l’Eglise!

Bref, c’est une contemplation!

Ecoutons-là, laissons-nous imprégner par elle, et peut-être pourrons nous alors mieux entrer dans le mystère de l’Eglise éternelle, où les fidèles défunts que nous honorons en ce 02 novembre, sont invités à y entrer pleinement au Dernier Jour, à la Fin du Temps!

Commentaires»

  1. Merci pour vos merveilleux et si justes commentaires sur l’oeuvre magistrale que nous a laissée Olivier Messiaen. Je les partage profondément.

Laisser un commentaire

@Jeong-min.com |
aidez nous à sensibiliser |
FLORA MERLEAU - GALERIE LES... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dep: dessins et caricatures
| ma passion le crochet
| Doljansky Evelyne