navigation

Celui qui aime a déjà franchi la mort 30 mai 2014

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Ecrits personnels,Musique liturgique , trackback

Voici un commentaire du cantique composé par Jo AKEPSIMAS. Il a été publié en mai 2014, dans la revue liturgique CAECILIA de l’archidiocèse de Strasbourg.

Franchir la mort

 

« En te présentant, Seigneur, cette offrande pour la salut de ton serviteur N.nous faisons appel à ton amour : N.a toujours vu en ton Fils un Sauveur plein de bonté : Fais qu’il trouve maintenant en lui, le juge dont il n’a rien à craindre » Cette prière sur les offrandes est tirée de la messe des funérailles, hors temps pascal.

Juste après avoir présentés le pain et le vin, l’Eglise en prière offre son défunt dans l’offrande eucharistique, et Elle exprime sa foi pour l’un des siens. Une Foi enracinée radicalement dans l’Amour. Amour invoqué, Amour manifestée par la vie publique du Seigneur, Amour qui se manifestera au moment ultime de la Résurrection des Morts. Cette prière ne fait que redire ce que le psaume 85 (84) révèle à travers le verset 11 : « Amour et Vérité se rencontrent, Justice et Paix s’embrassent ». Nous croyons et nous espérons que dans l’Amour de Dieu, le défunt sera jugé, c’est-à-dire présenté en vérité. Il sera justifié par la Miséricorde pour connaitre la Paix. Ainsi, l’œuvre de la Résurrection est intimement liée à l’œuvre de Miséricorde.

 

Michel SCOUARNEC, prêtre du diocèse de Quimper, en écrivant le texte de ce chant pour des funérailles, résume toute cette richesse biblique et liturgique.

Le refrain associe la pratique de l’amour humain (c’est-à-dire la justice) en lien avec le mystère de la Pâque. Ce mystère de la Pâque est lui-même associé à la certitude de demeurer dans l’Amour de Dieu. Ainsi la pratique de l’amour fraternel, du partage cordial devient lieu où se manifeste déjà la vie éternelle. Où la Résurrection est déjà mystérieusement à l’œuvre.

Puis les couplets vont déployer ce que représente cette pratique de l’amour humain. A l’instar des Commandements de Jésus-Christ selon saint Marc (12, 29-31): on y parle de la pratique de l’amour envers Dieu (couplets 1 à 4), et de la pratique de l’amour envers le prochain (couplets 5 à 9). Tous les couplets se concluent par une formule litanique confessant la foi d’être dans la Paix, devant le Seigneur.

Avec la progression des couplets 1 à 4, nous avons la synthèse des éléments des récits de la Transfiguration, mais à l’envers : parole de Dieu, lumière de Dieu, visage de Dieu, gloire de Dieu. La pratique de l’amour envers Dieu se cristalise dans le mystère de la Transfiguration, et elle conduit avec certitude d’être devant Dieu dans la paix. La pratique de la Justice envers Dieu nous fait embrasser la Paix comme dirait le psaume 84 (85)!

Avec la progression des couplets 5 à 9, nous avons une synthèse biblique de l’enseignement de Jésus sur son Retour et le Jugement Dernier, selon saint Matthieu (25, 31-46) : aimer son frère, donner à boire, réchauffer l’âme, rendre visite, ouvrir sa porte. Cela résume la célèbre citation de saint Jean de la Croix « au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour ». La pratique de la Justice envers les hommes nous fait également embrasser la Paix!

Quant à la musique, Jo AKEPSIMAS écrit dans un style choral, dont la structure mélodique et harmonique est très classique. Le refrain avec sa lenteur qu’il convient de vraiment respecter, donne cette ambiance de quiétude au chant, qui est le propre d’une âme apaisée. Si les couplets sont un peu plus rapide, ils sont harmoniquement plus riches, conduisant à la mise en valeur de la formule litanique qui les conclue.

Ainsi le refrain avec sa lenteur, et les couplets avec leur harmonie rendent audible cette foi de la communauté chrétienne, que dans l’Amour nous embrasserons la Paix en Dieu.

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

@Jeong-min.com |
aidez nous à sensibiliser |
FLORA MERLEAU - GALERIE LES... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dep: dessins et caricatures
| ma passion le crochet
| Doljansky Evelyne