navigation

« La Passion d’Augustine », un film de Léa POOL 2 avril 2016

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Manifeste esthétique,Musique et film , ajouter un commentaire

Le 28 mars 2016, le cinéma d’art et d’essai de la ville de Metz, le CAMEO-ARIEL organisa une avant première du film « La Passion d’Augustine« , suivie d’un débat avec la réalisatrice Léa POOL.

Un film émouvant, qui donne à penser une passionnante philosophie de la musique.

Avant première

Ayant eu la chance d’avoir été convié par Radio Jérico Metz, afin de l’interviewer en compagnie de Thierry GEORGES avant la séance, et de participer à l’animation du débat à l’issue de la projection, voici l’hommage que je souhaite lui rendre, pour ce film touchant qu’elle a su réaliser avec pudeur et finesse.

lire la suite…

La beauté liturgique? Qu’est-ce à dire? 22 juillet 2014

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Voici une synthèse d’un article de réflexion, publié dans le revue liturgique CAECILIA de l’archidiocèse de Strasbourg, dans son édition du 4 juillet 2014.  Tentant d’amorcer une réappropriation du regard du concept associé de « beauté » et de « liturgique ».

Beauté liturgique

« Ah c’était une belle messe !» Peuvent s’exclamer certaines personnes après l’office, en réponse au micro trottoir ecclésiastique. Cela rassure les uns, flatte les autres… Mais cela parait tellement évident de dire cela, qu’au bout du compte cela m’effraie, et me fait douter de plus en plus.

Rien de plus complexe que de tenter de cerner ce que peut être la beauté Liturgique. Est-il d’ailleurs légitime de parler de beauté liturgique ? Les philosophes ont déjà tellement de mal à cerner la Beauté en tant que tel, alors pensez la difficulté pour la beauté « liturgique » ! Pour notre civilisation occidentale, la notion de Beauté, de Beau sont résolument liés à la conception de PLATON (-428 ; -348) dans son ouvrage Le Banquet. Il demeure la base sur laquelle les générations suivantes chercheront à édifier leurs réflexions, même pour notre époque contemporaine. Le génie de Platon réside dans le fait que la Beauté n’est pas immédiatement accessible, mais qu’elle résulte d’une expérience : on est initié à la Beauté. Cette initiation passe par trois phases : tout d’abord la purification, puis l’ascension, enfin la contemplation.

lire la suite…

L’art de la psalmodie ou l’expérience de la sacramentalité de la parole, à l’école de saint Augustin 30 mai 2014

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , 1 commentaire

Cet article a été publié pour la revue de musique liturgique et d’art Sacré de l’archidiocèse de Strasbourg « CAECILIA« . L’édition a été faite durant le mois de mai 2014.

Psalmiste

 

Le discours de Benoît XVI aux Bernardins le 12 septembre 2008 s’intitulant « Chercher Dieu »[1], est une porte pour entrer dans cet art complexe, singulier et inconnu qu’est la psalmodie. Il écrit, en s’appuyant sur un écrit de Dom Jean LECLERCQ[2] dont la première édition date de 1957:

« Quaerere Deum, il ne s’agissait pas d’une aventure dans un désert sans chemin, d’une recherche dans l’obscurité absolue. Dieu lui-même a placé les bornes milliaires, mieux, il a aplani la voie, et leur tâche consistait à la trouver et à la suivre. Cette voie était sa Parole qui, dans les livres de Saintes Ecritures, était offerte aux hommes. La recherche de Dieu requiert donc, intrinsèquement une culture  de la parole, ou comme le disait Dom Jean LECLERQ : eschatologie et grammaire sont dans le monachisme occidental indissociables l’une de l’autre. Le désir de Dieu comprend l’amour des lettres, l’amour de la parole, son exploration dans toutes ses dimensions. Puisque dans la parole biblique Dieu est en chemin vers nous et nous vers Lui, ils devaient apprendre à pénétrer le secret de la langue, à la comprendre dans sa structure et dans ses usages.[3] »

Voilà la racine la plus profonde de l’acte de chant en psalmodie : l’expérience de l’Amour divin. Car la voix humaine, en voulant louer son Créateur, manifeste son désir de le « chercher ». Ainsi la psalmodie devient ce lieu de rencontre, à l’image de la quête de la Bien-Aimé et du Bien-Aimé du Cantique des Cantiques, faisant coïncider l’action de grâce de l’avoir trouvé, mais en même temps en le stimulus de le rechercher davantage.

lire la suite…

La musique pour rechercher Dieu… 6 juin 2013

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Non classé,Orgue seul,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Voici une interview qui a été faite pour la revue officielle du diocèse de Metz: « Eglise de Metz », pour son édition du mois de mai 2013.

Cette édition avait consacré tout un dossier sur le rapport entre l’art et la foi.

La musique pour rechercher Dieu... dans Ecrits personnels orgue-300x224

A quel âge êtes-vous devenu organiste ? Comment êtes-vous monté en tribune la première fois ?

Si je relie à la lumière de l’Ecriture mon parcours musical personnel, je trouve qu’il ressemble à celui de Zacharie dans l’Evangile selon saint Luc : Zacharie, prêtre du Temple, demande instamment à Dieu d’avoir un enfant ; lorsque sa prière est sur le point d’être exaucée par l’annonce angélique, il n’y croit plus du tout. Ce manque de foi entraine la perte de sa parole. A mon niveau, très tôt, j’avais le désir de l’orgue mais dans un cadre liturgique. Vers 5 ou 6 ans, lors d’une fête patronale de mon village, je suis monté pour la première fois à la tribune. Le mixage “son et vision” de l’instrument fut pour moi comme une sorte de révélation. Cependant, malgré ma ténacité à manifester de l’intérêt pour l’instrument, l’organiste n’a pas jugé utile de prendre mon attitude au sérieux. Peut-être étais-je trop jeune… Alors j’ai commencé l’apprentissage de l’orgue par la “vue” de l’organiste, et par “l’ouïe” de la musique. J’avais les yeux et les oreilles mais, comme Zacharie qui n’avait ni la bouche ni la langue déliées, je n’avais pas encore de “mains”! J’étais comme un “musicien muet”.

lire la suite…

Le poète et le cinématographe, ou comment « rêver ensemble le même rêve »! 10 mai 2013

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique et film , ajouter un commentaire

Dans le cadre du cinquantième anniversaire de la mort de Jean COCTEAU et de la journée d’étude consacrée à ses vitraux, voici l’introduction et l’amorce de développement d’une intervention que j’ai donnée.

Cette journée d’étude a été organisée par l’ACADEMIE NATIONALE de METZ, et à eu lieu au sein de l’église saint Maximin de Metz, où se trouvent les vitraux de Jean COCTEAU, oeuvres si atypiques.

Venez découvrir la beauté des lignes, des formes et des couleurs de ces vitraux uniques de cette église messine.

Voici le programme détaillé de cette manifestation ayant eu lieu les 20 et 21 avril 2013.

Le poète et le cinématographe, ou comment « rêver ensemble le même rêve »! dans Ecrits personnels testament-d-orphee-03-300x225

C’est sur un fond d’écran noir ressemblant à un tableau d’école, qu’apparait petit à petit, un visage dessiné à la craie, et pendant à la vue de cette image Jean COCTEAU prononce lui-même cette phrase :

« Le privilège du cinématographe, c’est qu’il permet à un grand nombre  de personnes de rêver ensemble le même rêve et de montrer en outre, avec la rigueur du réalisme, les fantasmes de l’irréalité, bref c’est un admirable véhicule de poésie. »

                Ainsi commence son dernier film « Le Testament d’Orphée », réalisé en 1959 et sorti dans les salles en 1960. On peut dire qu’en regardant et en entendant cette brève séquence, on peut tout comprendre du génie cinématographique de Jean COCTEAU, ainsi que son manifeste esthétique peu commun.

lire la suite…

Qui est Jésus? L’antienne de « l’Orient » pour le 21 décembre 22 décembre 2012

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Non classé , ajouter un commentaire

Qui est Jésus? L'antienne de Voici une antienne qui vient ouvrir par la fin, le deuxième mot de notre « acrostiche en miroir » à savoir « ERO«  qui se traduit par « Je serai (là) ». Elle nous introduit dans la compréhension plurielle de « l’Illumination« .

Comme dans un « miroir » qui rend visible ce que nous yeux ne peuvent voir d’eux-mêmes, cette antienne reflète ce qu’elle ne fait pas entendre… Curieux paradoxe! A vous de juger! Mais en plus, elle suggère une marche, concrète et  intérieure, alors que nous sommes immobiles!

Il est vrai que pour entrer dans le mystère de la NATIVITE, la Semaine préparatoire est construite comme un « miroir ». Il s’agit du « miroir d’ERO CRAS ».

Bien sûr « ERO CRAS«  n’est pas une personne, mais tout simplement l’acrostiche que forment les 7 premières lettres des 7 titres qualifiants Celui qui va venir. Mais il s’agit d’un acrostiche construit en « miroir » car le sens des lettres est inversé.

Pour avancer vers la NATIVITE, curieusement nous MARCHONS à RECULONS!

Ces titres permettent de « refléter » le mystère qui va être célébré, car comme le dit la 2ème préface du temps de l’Avent, 7 jours avant nous sommes déjà introduit dans le mystère de Noël!

Venez entendre l’antienne présentant le cinquième titre de Celui qui pour nous est né: Oriens (Orient), lettre « O » de la phrase « erO cras »…

  lire la suite…

Qui est Jésus? L’antienne de la « Clef de David » pour le 20 décembre 20 décembre 2012

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Non classé , 4 commentaires

Qui est Jésus? L'antienne de la Voici une antienne qui vient clore le premier mot de notre « acrostiche en miroir« , à savoir « CRAS » qui se traduit par « demain ». Elle nous introduit dans le pardon divin, et dans le mystère de la rémission des péchés.

Comme dans un « miroir » qui rend visible ce que nous yeux ne peuvent voir d’eux-mêmes, cette antienne reflète ce qu’elle ne fait pas entendre… Curieux paradoxe! A vous de juger!

Il est vrai que pour entrer dans le mystère de la NATIVITE, la Semaine préparatoire est construite comme un « miroir ». Il s’agit du « miroir d’ERO CRAS ».

Bien sûr « ERO CRAS«  n’est pas une personne, mais tout simplement l’acrostiche que forment les 7 premières lettres des 7 titres qualifiants Celui qui va venir. Mais il s’agit d’un acrostiche construit en « miroir » car le sens des lettres est inversé.

Pour avancer vers la NATIVITE, curieusement nous MARCHONS à RECULONS!

Ces titres permettent de « refléter » le mystère qui va être célébré, car comme le dit la 2ème préface du temps de l’Avent, 7 jours avant nous sommes déjà introduit dans le mystère de Noël!

Venez entendre l’antienne présentant le quatrième titre de Celui qui pour nous est né: Clavis (clef), lettre « C » de la phrase « ero Cras »…

lire la suite…

Qui est Jésus? Antienne de la « Racine de Jessé » pour le 19 décembre

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Manifeste esthétique,Musique liturgique , 3 commentaires

Qui est Jésus? Antienne de la Voici une antienne, dont la musique met en relief certains mots, qui eux-mêmes mettent en lumière, ce que ni le texte, ni la musique ne disent… Autrement dit, comment rendre audible les « non-dits« !

Comme dans un « miroir » qui rend visible ce que nous yeux ne peuvent voir d’eux-mêmes, cette antienne reflète ce qu’elle ne fait pas entendre… Curieux paradoxe! A vous de juger!

Il est vrai que pour entrer dans le mystère de la NATIVITE, la Semaine préparatoire est construite comme un « miroir ». Il s’agit du « miroir d’ERO CRAS ».

Bien sûr ERO CRAS n’est pas une personne, mais tout simplement l’acrostiche que forment les 7 premières lettres des 7 titres qualifiants Celui qui va venir. Mais il s’agit d’un acrostiche construit en « miroir » car le sens des lettres est inversé.

Pour avancer vers la NATIVITE, curieusement nous MARCHONS à RECULONS!

Ces titres permettent de « refléter » le mystère qui va être célébré, car comme le dit la 2ème préface du temps de l’Avent, 7 jours avant nous sommes déjà introduit dans le mystère de Noël!

Venez entendre l’antienne présentant le troisième titre de Celui qui pour nous est né: Radix (racine), lettre « R » de la phrase « ero cRas »…

lire la suite…

Entre l’école NIEDERMEYER et la RESTAURATION du chant grégorien… 28 août 2012

Posté par unpretre dans : Manifeste esthétique,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Entre l'école NIEDERMEYER et la RESTAURATION du chant grégorien... dans Manifeste esthétique Louis_NiedermeyerVoici le résumé des conférences liturgiques proposées tous les jours, à l’occasion du stage d’orgue de PELTRE, entre le 19 et le 26 août 2012.

Ce stage d’orgue a été organisé par le Centre Diocésain de Formation des Organistes du diocèse de Metz (C.D.F.O.). Il avait pour thème la découverte de l’école NIEDERMEYER fondée en 1853 et de ses élèves. Mais Louis NIEDERMEYER (1802-1861) fût très impliqué dans la restauration du chant grégorien, c’est ce qui nous poussa à déployer aussi cet aspect. Les stagiaires avaient 5 temps d’enseignements par jour.  2 temps de 2h chacun qui alternaient entre l’approfondissement du Répertoire, de l’Harmonie, de l’Accompagnement, de l’Improvisation. 3 autres temps communs: apprentissage du chant et de l’accompagnement des psaumes (1/2h), la Liturgie (1h), et l’apprentissage et accompagnement des chants pour la messe de clotûre en la cathédrale de Metz (1h), présidée par monseigneur Pierre RAFFIN, évêque de Metz. Sans oublier les soirées entre conférence, atelier de facture d’orgue, récitals des professeurs.

lire la suite…

Essai sur la Manufacture DALSTEIN-HAERPFER entre 1863 et 1881 5 juillet 2012

Posté par unpretre dans : Manifeste esthétique,Orgue seul,Réflexion sur la musique , 1 commentaire

Cette conférence, sous forme de travaux pratiques, a été donnée dans la cadre de la MASTER-CLASS autour de BOËLY, avec l’organiste Eric LEBRUN. Cette MASTER CLASS a été organisée par le C.D.F.O. de Metz et a été donnée à l’orgue DALSTEIN-HAERPFER (1878) de l’église de NIDERVILLER.

 

 

Essai sur la Manufacture DALSTEIN-HAERPFER entre 1863 et 1881 dans Manifeste esthétique Photo-orgue-NidervillerConférence organologique

LA MAISON DALSTEIN-HAERPFER

Fondation- Apprentissage- Constructions d’orgue jusqu’à Niderviller

 

 
 

INTRODUCTION GENERALE

 

  lire la suite…

123

@Jeong-min.com |
aidez nous à sensibiliser |
FLORA MERLEAU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dep: dessins et caricatures
| ma passion le crochet
| Doljansky Evelyne