navigation

Connaissez-vous bien Jacques BERTHIER? 5 juin 2014

Posté par unpretre dans : Musique liturgique,Orgue seul,Poème: Orgue et voix,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Alors que dans quelques jours, cela fera 20 ans que l’organiste et compositeur Jacques BERTHIER aura quitté cette terre (27 juin 2014), des manifestations musicales et culturelles s’organisent. Un site est d’ailleurs consacré à la promotion de son oeuvre.

Mais connaissez-vous bien Jacques BERTHIER?

jacques-berthier-orgue-de-saint-ignace

Nous ne le connaissons que par quelques ostinatos célèbres de la communauté oecuménique de TAIZE, ou quelques oeuvres composées pour la venue de Jean-Paul II en France (1986), et qui ont été diffusées dans les paroisses.

Et pourtant, nous ne le connaissons guère! Sa stature de compositeur ne se cantonne à quelques pièces liturgiques! Car ce n’est pas moins de 1200 oeuvres qu’il a composées entre 1938 et 1994! Toutes n’ont hélas pas été éditées…

Voici une biographie détaillée, et pour prendre la mesure de son talent de composition, une oeuvre vocale « MATER DOLORA« 

 

 

lire la suite…

Celui qui aime a déjà franchi la mort 30 mai 2014

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Ecrits personnels,Musique liturgique , ajouter un commentaire

Voici un commentaire du cantique composé par Jo AKEPSIMAS. Il a été publié en mai 2014, dans la revue liturgique CAECILIA de l’archiodiocèse de Strasbourg.

Franchir la mort

 

« En te présentant, Seigneur, cette offrande pour la salut de ton serviteur N.nous faisons appel à ton amour : N.a toujours vu en ton Fils un Sauveur plein de bonté : Fais qu’il trouve maintenant en lui, le juge dont il n’a rien à craindre » Cette prière sur les offrandes est tirée de la messe des funérailles, hors temps pascal.

Juste après avoir présentés le pain et le vin, l’Eglise en prière offre son défunt dans l’offrande eucharistique, et Elle exprime sa foi pour l’un des siens. Une Foi enracinée radicalement dans l’Amour. Amour invoqué, Amour manifestée par la vie publique du Seigneur, Amour qui se manifestera au moment ultime de la Résurrection des Morts. Cette prière ne fait que redire ce que le psaume 85 (84) révèle à travers le verset 11 : « Amour et Vérité se rencontrent, Justice et Paix s’embrassent ». Nous croyons et nous espérons que dans l’Amour de Dieu, le défunt sera jugé, c’est-à-dire présenté en vérité. Il sera justifié par la Miséricorde pour connaitre la Paix. Ainsi, l’œuvre de la Résurrection est intimement liée à l’œuvre de Miséricorde.

  lire la suite…

L’art de la psalmodie ou l’expérience de la sacramentalité de la parole, à l’école de saint Augustin

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , 1 commentaire

Cet article a été publié pour la revue de musique liturgique et d’art Sacré de l’archidiocèse de Strasbourg « CAECILIA« . L’édition a été faite durant le mois de mai 2014.

Psalmiste

 

Le discours de Benoît XVI aux Bernardins le 12 septembre 2008 s’intitulant « Chercher Dieu »[1], est une porte pour entrer dans cet art complexe, singulier et inconnu qu’est la psalmodie. Il écrit, en s’appuyant sur un écrit de Dom Jean LECLERCQ[2] dont la première édition date de 1957:

« Quaerere Deum, il ne s’agissait pas d’une aventure dans un désert sans chemin, d’une recherche dans l’obscurité absolue. Dieu lui-même a placé les bornes milliaires, mieux, il a aplani la voie, et leur tâche consistait à la trouver et à la suivre. Cette voie était sa Parole qui, dans les livres de Saintes Ecritures, était offerte aux hommes. La recherche de Dieu requiert donc, intrinsèquement une culture  de la parole, ou comme le disait Dom Jean LECLERQ : eschatologie et grammaire sont dans le monachisme occidental indissociables l’une de l’autre. Le désir de Dieu comprend l’amour des lettres, l’amour de la parole, son exploration dans toutes ses dimensions. Puisque dans la parole biblique Dieu est en chemin vers nous et nous vers Lui, ils devaient apprendre à pénétrer le secret de la langue, à la comprendre dans sa structure et dans ses usages.[3] »

Voilà la racine la plus profonde de l’acte de chant en psalmodie : l’expérience de l’Amour divin. Car la voix humaine, en voulant louer son Créateur, manifeste son désir de le « chercher ». Ainsi la psalmodie devient ce lieu de rencontre, à l’image de la quête de la Bien-Aimé et du Bien-Aimé du Cantique des Cantiques, faisant coïncider l’action de grâce de l’avoir trouvé, mais en même temps en le stimulus de le rechercher davantage.

lire la suite…

Nous bâtirons notre maison, Seigneur 27 mars 2014

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Ecrits personnels,Musique liturgique , ajouter un commentaire

Voici un commentaire musical, écrit pour la revue de musique liturgique CAECILIA, dans l’édition du 15 mars 2014. Il s’agit d’un commentaire d’un chant pour la célébration d’un mariage: « Nous bâtirons notre maison Seigneur » du Père Claude TASSIN.

Maison sur le roc

Le père Claude TASSIN est spiritain et professeur d’Ecriture Sainte à l’Institut Catholique de Paris. Comme Lucien DEISS, il fait partie de ces compositeurs qui ont œuvré en faveur du rayonnement des Ecritures. Il publia dans la collection « Cahiers Evangiles » un numéro spécial consacré à la « Réécriture des saintes Ecritures ». Il évoque le fait des croyants de toutes générations qui ont eu besoin de redire le texte biblique d’une manière qui puisse s’adresser à leurs contemporains. Cela devient la clef pour comprendre ses textes.

  lire la suite…

« Tu connais ton oeuvre », Didier RIMAUD et Jacques BERTHIER 15 janvier 2014

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Ecrits personnels,Musique liturgique , ajouter un commentaire

Il s’agit du premier article, publié dans la rubrique « chantez au Seigneur », de la revue trimestrielle de musique liturgique et d’art sacré « CAECILIA« , dans l’édition du 15 janvier 2014.

Je vous propose une analyse du chant « Tu connais ton oeuvre » (G 109-1) composé conjointement par le père jésuite Didier RIMAUD (1922-2003) et Jacques BERTHIER (1923_1994).

Didier RIMAUD                                                                                                                                   Jacques BERTHIER

lire la suite…

Les écrits johanniques et la création musicale… 6 janvier 2014

Posté par unpretre dans : Emissions musicales pour la radio,Musique liturgique , ajouter un commentaire

Depuis la réforme liturgique du Concile Vatican II, le temps liturgique de la Nativité (de Noël) commence aux 1ères vêpres de la Nativité (24 décembre au soir) et se conclue par la fête du « Baptême du Seigneur ».

La fête du « Baptême du Seigneur » est une fête mobile, c’est à dire que sa date de célébration n’est pas fixe. Elle se célèbre le dimanche après celui de l’Epiphanie, sauf lorsque cette dernière est fêtée le 7 janvier. Auquel cas, le « Baptême du Seigneur » est célébré le lundi 8 janvier.

Durant ce temps liturgique relativement bref, les écrits johanniques sont les plus importants, et ils ont donné lieu à de multiples compositions musicales.

Saint_Jean_Evangeliste

lire la suite…

Commentaire du répons « SUBVENITE », ou le chant de l’espérance chrétienne de la Résurrection 11 novembre 2013

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Ecrits personnels,Musique liturgique , ajouter un commentaire

« En marchant vers… »

 

Tel pourrait être le résumé de la liturgie des défunts !

Cette étude va vous permettre de découvrir la « liturgie stationnale » pour les défunts, selon le rite catholique. De découvrir la composition musicale du refrain et ses conséquences. De découvrir l’analyse littéraire du répons, dans l’environnement du geste liturgique qu’il accompagne: la procession d’entrée de la dépouille du défunt. De découvrir la richesse littéraire du répons en lien avec les prières d’offertoire. De découvrir la richesse littéraire du répons en lien avec des extraits du « canon romain ».

Une synthèse générale vous permettra de saisir l’ensemble de la progression de l’analyse, en essayant de répondre à cette thèse: le répons du SUBVENITE attestant la foi chrétienne concernant le « Jugement Particulier » dans l’attente du « Jugement Dernier« , s’enracine dans la foi au Sacrifice Eucharistique de Jésus-Christ et l’interprétation sacerdotale de son l’Ascension, pour mettre sur les lèvres des croyants, l’espérance chrétienne de la Résurrection d’entre les morts.

Une étude plus approfondie sur le répons SUBVENITE en lui-même, a été publié en juillet 2014 pour la revue de théologie internationale COMMUNIO.

Commentaire du répons

lire la suite…

La musique pour rechercher Dieu… 6 juin 2013

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Non classé,Orgue seul,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Voici une interview qui a été faite pour la revue officielle du diocèse de Metz: « Eglise de Metz », pour son édition du mois de mai 2013.

Cette édition avait consacré tout un dossier sur le rapport entre l’art et la foi.

La musique pour rechercher Dieu... dans Ecrits personnels orgue-300x224

A quel âge êtes-vous devenu organiste ? Comment êtes-vous monté en tribune la première fois ?

Si je relie à la lumière de l’Ecriture mon parcours musical personnel, je trouve qu’il ressemble à celui de Zacharie dans l’Evangile selon saint Luc : Zacharie, prêtre du Temple, demande instamment à Dieu d’avoir un enfant ; lorsque sa prière est sur le point d’être exaucée par l’annonce angélique, il n’y croit plus du tout. Ce manque de foi entraine la perte de sa parole. A mon niveau, très tôt, j’avais le désir de l’orgue mais dans un cadre liturgique. Vers 5 ou 6 ans, lors d’une fête patronale de mon village, je suis monté pour la première fois à la tribune. Le mixage “son et vision” de l’instrument fut pour moi comme une sorte de révélation. Cependant, malgré ma ténacité à manifester de l’intérêt pour l’instrument, l’organiste n’a pas jugé utile de prendre mon attitude au sérieux. Peut-être étais-je trop jeune… Alors j’ai commencé l’apprentissage de l’orgue par la “vue” de l’organiste, et par “l’ouïe” de la musique. J’avais les yeux et les oreilles mais, comme Zacharie qui n’avait ni la bouche ni la langue déliées, je n’avais pas encore de “mains”! J’étais comme un “musicien muet”.

lire la suite…

Souvenirs musicaux pour le 2 février…. 5 février 2013

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Ecrits personnels,Musique liturgique,Orgue seul,Poème: Orgue et voix , ajouter un commentaire

Souvenirs musicaux pour le 2 février.... dans Commentaires musicaux cantique-de-symeon-aert-de-gelder-1645-1727-300x240Voici le souvenir d’un commentaire musical réalisé le 2 février 2009, sur une pièce d’orgue issue du répertoire de la fête de « la Présentation de Jésus au Temple« , anciennement appelée « Purification de la Vierge Marie« .

Pour l’occasion un modeste enregistrement fait en l’église de Boulay-Moselle, a été réalisé pour découvrir une pièce d’orgue du bénédictin Dom Paul BENOIT.  Le thème grégorien du « Lumen ad revelationem gentium » a été enregistré en l’abbatiale saint Laurent (1049) de HESSE (57). Il s’agissait

« DIFFUSA EST »


Pièce d’orgue pour la fête de la Purification de la Vierge Marie et de la Présentation du Seigneur au Temple

Composée par: Dom Paul Benoît (1893/1979)

 

 

Cette fête liturgique est une synthèse de 02 évènements qui touchent 02 personnes bien distincts:

lire la suite…

Qui est Jésus? L’antienne de « l’Emmanuel » pour le 23 décembre 6 janvier 2013

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Musique liturgique , 2 commentaires

Qui est Jésus? L'antienne de Voici la dernière antienne qui met en lumière le deuxième mot de notre « acrostiche en miroir » à savoir « ERO » qui se traduit par « Je serai (là) ».

Comme dans un « miroir » qui rend visible ce que nous yeux ne peuvent voir d’eux-mêmes, cette antienne reflète ce qu’elle ne fait pas entendre… Curieux paradoxe! A vous de juger! Mais en plus, elle suggère une marche, concrète et  intérieure, alors que nous sommes immobiles!

Il est vrai que pour entrer dans le mystère de la NATIVITE, la Semaine préparatoire est construite comme un « miroir ». Il s’agit du « miroir d’ERO CRAS ».

Bien sûr « ERO CRAS«  n’est pas une personne, mais tout simplement l’acrostiche que forment les 7 premières lettres des 7 titres qualifiants Celui qui va venir. Mais il s’agit d’un acrostiche construit en « miroir » car le sens des lettres est inversé.

Pour avancer vers la NATIVITE, curieusement nous MARCHONS à RECULONS!

Ces adjectifs permettent de « refléter » le mystère qui va être célébré, car comme le dit la 2ème préface du temps de l’Avent, 7 jours avant nous sommes déjà introduit dans le mystère de Noël!

Venez entendre l’antienne présentant le septième titre de Celui qui pour nous est né: Emmanuel, lettre « E » de la phrase « Ero cras »…

  lire la suite…

123456

@Jeong-min.com |
aidez nous à sensibiliser |
FLORA MERLEAU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dep: dessins et caricatures
| ma passion le crochet
| Doljansky Evelyne