navigation

… »Une âme au Ciel » ou l’espérance chrétienne de la Résurrection en musique! 17 décembre 2014

Posté par unpretre dans : Musique liturgique,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

...

 C’est par ce tableau de William BOUGUEREAU (1825-1905), se nommant « Une âme au Ciel » de 1878, que l’on pourrait se demander comment les compositeurs ont su, à la demande de saint Paul, « rendre compte de l’espérance qui est en eux« !

Lorsque l’émission STELLA SACRA de Radio-Jérico Metz avait consacré un cycle aux cantates de Jean-Sébastien BACH (1685-1750), j’avais été surpris par celle qui avait été composée pour Pâques 1707, à partir du célèbre choral « Christ lag in todesbanden« . Le texte de ce choral est une libre adaptation de la Séquence du Jour de Pâques « Victimae pascali laudes« .  En présentant cette cantate pour la radio, je fût saisi par l’intention théologique dans la démarche de composition de Bach. Avec son langage musical, il rend compte de « l’espérance qui est en lui« , ou tout du moins des chrétiens.

La teneur de l’espérance en la Résurrection est tout aussi forte dans l’expression musicale baroque de Bach, que dans l’expression musicale grégorienne du répons SUBVENITE pour la liturgie des défunts.  Pour la revue internationale de théologie COMMUNIO j’avais fait une étude plus poussée sur ce répons, afin de montrer comment la rencontre grammaticale du texte et son expression musicale portent en elle toute l’espérance chrétienne envers la résurrection des morts, dans une dimension eucharistique.

C’est dans cet même esprit, que je vous propose ce commentaire.

 

LE COMBAT DE LA MORT ET DE LA VIE….

Commentaire musical et théologique d’après la Cantate BWV4 de J.S. BACH (1685-1750)

« Christ Lag in Todesbanden » (1707)

lire la suite…

La beauté liturgique? Qu’est-ce à dire? 22 juillet 2014

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Voici une synthèse d’un article de réflexion, publié dans le revue liturgique CAECILIA de l’archidiocèse de Strasbourg, dans son édition du 4 juillet 2014.  Tentant d’amorcer une réappropriation du regard du concept associé de « beauté » et de « liturgique ».

Beauté liturgique

« Ah c’était une belle messe !» Peuvent s’exclamer certaines personnes après l’office, en réponse au micro trottoir ecclésiastique. Cela rassure les uns, flatte les autres… Mais cela parait tellement évident de dire cela, qu’au bout du compte cela m’effraie, et me fait douter de plus en plus.

Rien de plus complexe que de tenter de cerner ce que peut être la beauté Liturgique. Est-il d’ailleurs légitime de parler de beauté liturgique ? Les philosophes ont déjà tellement de mal à cerner la Beauté en tant que tel, alors pensez la difficulté pour la beauté « liturgique » ! Pour notre civilisation occidentale, la notion de Beauté, de Beau sont résolument liés à la conception de PLATON (-428 ; -348) dans son ouvrage Le Banquet. Il demeure la base sur laquelle les générations suivantes chercheront à édifier leurs réflexions, même pour notre époque contemporaine. Le génie de Platon réside dans le fait que la Beauté n’est pas immédiatement accessible, mais qu’elle résulte d’une expérience : on est initié à la Beauté. Cette initiation passe par trois phases : tout d’abord la purification, puis l’ascension, enfin la contemplation.

lire la suite…

Connaissez-vous bien Jacques BERTHIER? 5 juin 2014

Posté par unpretre dans : Musique liturgique,Orgue seul,Poème: Orgue et voix,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Alors que dans quelques jours, cela fera 20 ans que l’organiste et compositeur Jacques BERTHIER aura quitté cette terre (27 juin 2014), des manifestations musicales et culturelles s’organisent. Un site est d’ailleurs consacré à la promotion de son oeuvre.

Mais connaissez-vous bien Jacques BERTHIER?

jacques-berthier-orgue-de-saint-ignace

Nous ne le connaissons que par quelques ostinatos célèbres de la communauté oecuménique de TAIZE, ou quelques oeuvres composées pour la venue de Jean-Paul II en France (1986), et qui ont été diffusées dans les paroisses.

Et pourtant, nous ne le connaissons guère! Sa stature de compositeur ne se cantonne à quelques pièces liturgiques! Car ce n’est pas moins de 1200 oeuvres qu’il a composées entre 1938 et 1994! Toutes n’ont hélas pas été éditées…

Voici une biographie détaillée, et pour prendre la mesure de son talent de composition, une oeuvre vocale « MATER DOLORA« 

 

 

lire la suite…

L’art de la psalmodie ou l’expérience de la sacramentalité de la parole, à l’école de saint Augustin 30 mai 2014

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , 1 commentaire

Cet article a été publié pour la revue de musique liturgique et d’art Sacré de l’archidiocèse de Strasbourg « CAECILIA« . L’édition a été faite durant le mois de mai 2014.

Psalmiste

 

Le discours de Benoît XVI aux Bernardins le 12 septembre 2008 s’intitulant « Chercher Dieu »[1], est une porte pour entrer dans cet art complexe, singulier et inconnu qu’est la psalmodie. Il écrit, en s’appuyant sur un écrit de Dom Jean LECLERCQ[2] dont la première édition date de 1957:

« Quaerere Deum, il ne s’agissait pas d’une aventure dans un désert sans chemin, d’une recherche dans l’obscurité absolue. Dieu lui-même a placé les bornes milliaires, mieux, il a aplani la voie, et leur tâche consistait à la trouver et à la suivre. Cette voie était sa Parole qui, dans les livres de Saintes Ecritures, était offerte aux hommes. La recherche de Dieu requiert donc, intrinsèquement une culture  de la parole, ou comme le disait Dom Jean LECLERQ : eschatologie et grammaire sont dans le monachisme occidental indissociables l’une de l’autre. Le désir de Dieu comprend l’amour des lettres, l’amour de la parole, son exploration dans toutes ses dimensions. Puisque dans la parole biblique Dieu est en chemin vers nous et nous vers Lui, ils devaient apprendre à pénétrer le secret de la langue, à la comprendre dans sa structure et dans ses usages.[3] »

Voilà la racine la plus profonde de l’acte de chant en psalmodie : l’expérience de l’Amour divin. Car la voix humaine, en voulant louer son Créateur, manifeste son désir de le « chercher ». Ainsi la psalmodie devient ce lieu de rencontre, à l’image de la quête de la Bien-Aimé et du Bien-Aimé du Cantique des Cantiques, faisant coïncider l’action de grâce de l’avoir trouvé, mais en même temps en le stimulus de le rechercher davantage.

lire la suite…

La musique pour rechercher Dieu… 6 juin 2013

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Manifeste esthétique,Musique liturgique,Non classé,Orgue seul,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Voici une interview qui a été faite pour la revue officielle du diocèse de Metz: « Eglise de Metz », pour son édition du mois de mai 2013.

Cette édition avait consacré tout un dossier sur le rapport entre l’art et la foi.

La musique pour rechercher Dieu... dans Ecrits personnels orgue-300x224

A quel âge êtes-vous devenu organiste ? Comment êtes-vous monté en tribune la première fois ?

Si je relie à la lumière de l’Ecriture mon parcours musical personnel, je trouve qu’il ressemble à celui de Zacharie dans l’Evangile selon saint Luc : Zacharie, prêtre du Temple, demande instamment à Dieu d’avoir un enfant ; lorsque sa prière est sur le point d’être exaucée par l’annonce angélique, il n’y croit plus du tout. Ce manque de foi entraine la perte de sa parole. A mon niveau, très tôt, j’avais le désir de l’orgue mais dans un cadre liturgique. Vers 5 ou 6 ans, lors d’une fête patronale de mon village, je suis monté pour la première fois à la tribune. Le mixage “son et vision” de l’instrument fut pour moi comme une sorte de révélation. Cependant, malgré ma ténacité à manifester de l’intérêt pour l’instrument, l’organiste n’a pas jugé utile de prendre mon attitude au sérieux. Peut-être étais-je trop jeune… Alors j’ai commencé l’apprentissage de l’orgue par la “vue” de l’organiste, et par “l’ouïe” de la musique. J’avais les yeux et les oreilles mais, comme Zacharie qui n’avait ni la bouche ni la langue déliées, je n’avais pas encore de “mains”! J’étais comme un “musicien muet”.

lire la suite…

Merci Marie-Claire ALAIN! 28 février 2013

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Orgue seul,Réflexion sur la musique , 1 commentaire

Merci Marie-Claire ALAIN! dans Commentaires musicaux marie-claire-alain-267x300C’est à titre posthume que je dédie cet article à la « dame de l’orgue » disparue le 26 février 2013 à l’âge vénérable de 86 ans.

J’ai pu avoir de le désir de la musique et l’amour de l’orgue, ainsi que de sa science musicale grâce à cette émission diffusée à l’époque sur ARTE, au début des années 1990.

Je laisse l’intégralité de cette émission « Orgues, toccatas et fantaisies » pour que ce qui veulent découvrir la beauté, l’humilité, l’élégance de la musique d’orgue puisse le faire grâce à la pédagogie de cette « Dame de l’orgue« .

lire la suite…

La réforme de la musique liturgique… Du « souvenir » aux « racines et des ailes »! 23 novembre 2012

Posté par unpretre dans : Ecrits personnels,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , 4 commentaires

Il s’agit d’une intervention proposée pour clôturer la journée annuelle des Responsables Diocésains de Musique Liturgique.

Cette journée a eu lieu le 20 octobre 2012, à la Maison de la Conférence des Evêques de France, avenue de Breteuil à Paris, au Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentaire (SNPLS).

Dans le cadre de la célébration jubilaire de l’ouverture du Concile Vatican II, cette journée d’étude portait sur le mouvement de réforme de la musique liturgique, issue de la constitution dogmatique « Sacro Sanctum Concilium » de 1963.

La réforme de la musique liturgique... Du « …Alors qu’il m’est donné de terminer cette journée, cet exercice n’est pas simple, étant donné mon jeune âge. Ayant 35 ans, il n’est pas aisé de proposer des perspectives pour l’avenir de la musique liturgique dans l’élan du Concile Vatican II, quant on a une expérience musicale comme la mienne, où je suis né 13 ans après la constitution dogmatique « Sacro Sanctum Concilium ». On peut dire que j’ai pris le « train en marche ».

Aussi, comme nous avons fêté sainte Thérèse d’Avila le 15 octobre, je vais faire comme elle. Tous ses traités et écrits sont fait à partir de son expérience spirituelle. Aussi, c’est à dire partir de mon expérience musicale, somme toute récente, pour vous proposer quelques pistes de réflexion.

  lire la suite…

PSAUME 42 de MENDELSSOHN: quête spirituelle et amour conjugal. 18 novembre 2012

Posté par unpretre dans : Commentaires musicaux,Ecrits personnels,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

PSAUME 42 de MENDELSSOHN: quête spirituelle et amour conjugal. dans Commentaires musicaux mendelssohn-epoux

La musique sacrée de Félix MENDELSSOHN (1809-1847) est tout aussi profonde qu’inconnue!

Pourquoi, parce qu’elle n’est ni « démonstrative » ni « tape à l’oeil« , elle est construite en direction de l’intériorité.

Elle est surtout la servante de la prosodie et de la littéralité des textes, ce qui représente bien toute la vision protestante.

Ecoutez les cantates de Jean-Sébastien Bach (1685-1750), en particulier les récitatifs, et vous comprendrez que la musique ne déborde pas sur le texte! C’est son rythme à lui qui coordonne le rythme de la musique.

Mendelssohn, avec un langage musical bien de son siècle de romantisme allemand, est un serviteur des Ecritures au sein de sa musique sacrée.

Veuillez découvrir sa mise en musique du PSAUME 42. Car elle nous offre une dimension particulière de sa musique sacrée qui associe avec pudeur, mais avec force intérieure, SPIRITUALITE et AMOUR CONJUGAL!

mendelssohn-epouse amour conjugal dans Ecrits personnelsEn effet, c’est le 28 mars 1837 que Félix MENDELSSOHN épousa Cécile JEANRENAUD, fille du pasteur Huguenot de Frankfurt et d’origine française. Durant leur voyage de noces en Rhénanie et en Forêt Noire au cours du mois d’avril 1837, il va composer ce PSAUME 42 comme cadeau de mariage pour son épouse.

Ce psaume 42 est un psaume « baptismal«  incarnant l’idéal de la quête spirituelle. Le commentaire qui suivra permettra d’en saisir une parcelle de beauté que l’on ne peut écrire, ni même décrire complètement…

Mais pourquoi prendre ce psaume 42 manifestant la quête spirituelle de Dieu, comme gage d’amour pour celle avec qui il vient d’unir ses jours?

lire la suite…

Entre l’école NIEDERMEYER et la RESTAURATION du chant grégorien… 28 août 2012

Posté par unpretre dans : Manifeste esthétique,Musique liturgique,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

Entre l'école NIEDERMEYER et la RESTAURATION du chant grégorien... dans Manifeste esthétique Louis_NiedermeyerVoici le résumé des conférences liturgiques proposées tous les jours, à l’occasion du stage d’orgue de PELTRE, entre le 19 et le 26 août 2012.

Ce stage d’orgue a été organisé par le Centre Diocésain de Formation des Organistes du diocèse de Metz (C.D.F.O.). Il avait pour thème la découverte de l’école NIEDERMEYER fondée en 1853 et de ses élèves. Mais Louis NIEDERMEYER (1802-1861) fût très impliqué dans la restauration du chant grégorien, c’est ce qui nous poussa à déployer aussi cet aspect. Les stagiaires avaient 5 temps d’enseignements par jour.  2 temps de 2h chacun qui alternaient entre l’approfondissement du Répertoire, de l’Harmonie, de l’Accompagnement, de l’Improvisation. 3 autres temps communs: apprentissage du chant et de l’accompagnement des psaumes (1/2h), la Liturgie (1h), et l’apprentissage et accompagnement des chants pour la messe de clotûre en la cathédrale de Metz (1h), présidée par monseigneur Pierre RAFFIN, évêque de Metz. Sans oublier les soirées entre conférence, atelier de facture d’orgue, récitals des professeurs.

lire la suite…

Etudes scientifiques sur la compréhension musicologique du chant grégorien 17 juillet 2012

Posté par unpretre dans : Musique liturgique,Réflexion sur la musique , ajouter un commentaire

En faisant une recherche liturgique pour préparer le prochain stage d’orgue du diocèse de Metz, du 19 au 26 août 2012, j’ai trouvé, par hasard  cette mise en ligne d’une série de vidéos présentant à la fois de manière simple, mais en même temps tenant compte des dernières mises à jour des recherches scientifique sur la musique de ce que l’on appelle le « chant grégorien ».

On retrouve en particulier Dom Daniel SAULNIER, qui fût mon professeur à Paris. Un homme passionnant et érudit, actuellement responsable de l’atelier de paléographie de l’abbaye de SOLESMES. Mais, ayant en lui cette caractéristique bénédictine de l’humilité.

 

lire la suite…

12

@Jeong-min.com |
aidez nous à sensibiliser |
FLORA MERLEAU |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dep: dessins et caricatures
| ma passion le crochet
| Doljansky Evelyne